Eglise Saint Laurent

Bien souvent point de repère du centre du village avec son clocher, l’église communale a un statut particulier. Il faut remonter maintenant à plus de cent ans pour en trouver les bases.

L’église construite en 1840 porte le nom d’église Saint Laurent.

On note au chœur un tableau d’Alexandre Debelle, qui a été restauré en 2014. Alexandre Debelle, né à Voreppe en 1805, mort le 23 juillet 1897 à Grenoble, est un peintre, dessinateur et lithographe français plus connu pour  « La journée des tulles », exposé au musée de la Révolution française à Vizille.

Le tableau de l’église du Versoud  représente le Christ apparaissant à Marie Madeleine. Réalisée en 1843, et présentée au salon de Paris, elle est offerte par l’Etat à la commune de Le Versoud, en 1845. Dans ce tableau, Marie Madeleine exprime à la fois la pècheresse et la Sainte dont « la tendresse et la souffrance » traduisent la sensibilité religieuse de l’époque. Son drapé est d’une rare richesse, il rappelle le grand Raphaël.

La commune a entrepris plusieurs travaux de rénovation et de mise aux normes :

  • Les abords ont été réaménagés en 2012, en respectant notamment les normes d’accès pour les personnes à mobilité réduite.
  • En 2014, la commune rénove la toiture et le sas d’entrée.
  • Parmi les autres projets municipaux figurent la mezzanine qui, pour des raisons de sécurité, n’est pas accessible.

C’est au début du XXe siècle que les relations entre les Eglises et l’Etat ont été clarifiées. D’abord par la loi du 9 décembre 1905 dite de séparation des Eglises et de l’Etat qui a posé le principe dans son article 1er que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. ». Ensuite celle du 13 décembre 1908 a transféré la propriété des édifices affectés au culte lors de la promulgation de la loi du 9 décembre 1905 aux communes. Entre temps, la loi du 2 janvier 1907 avait affecté les églises au culte et les avait mis à la disposition des ministres du culte.


Ainsi, depuis cent cinq ans, le curé est affectataire de l’église pour la pratique du culte, tandis que la commune en est propriétaire. Et pour compliquer un peu les choses, les églises servent souvent de lieu de manifestations culturelles sans lien avec le culte (concerts notamment). Et pour cette utilisation, c’est la commune qui est le prêteur, mais ceci doit être fait en accord avec les représentants de l’église.
C’est pour organiser l’ensemble de ces relations qu’une convention a été établie entre le père Ginet, curé de la paroisse « La Croix de Belledonne » et la commune.


Cette convention organise les relations de la commune et de l’église catholique pour la gestion du bâtiment (l’église est affectée aux fidèles et aux ministres du culte catholique, la commune assure l’entretien du bâtiment, le chauffage et l’électricité du clocher, la paroisse assure le nettoyage et l’éclairage de l’intérieur de l’église).


C’est la paroisse qui assure la gestion du calendrier d’utilisation. En cas d’utilisation pour des activités non cultuelles, un accord commun est nécessaire (la commune ne peut pas prêter l’église sans l’accord de la paroisse et vice versa).