La Tour d'Etapes

rue de la Paix
38420 LE VERSOUD

HISTORIQUE RAPIDE DE L'HISTOIRE DE LA MAISON D'ETAPES.
(d'après les travaux de Daniel Iboud, architecte et membre de l'association Versatorio "Mémoires bédouines")

Vestiges d'une ancienne maison forte, comme il en existe beaucoup qui jalonnent le Grésivaudan, la Tour d'Etapes qui domine l'entrée du Versoud lorsque l'on vient de Domène, a du être construite au tout début du XIIIe siècle, voire fin du XIIe.

Dès la moitié du XIIIe siècle, elle était déjà la propriété de la famille COMMIERS qui la tenait en fief des Comtes de Genève. Les COMMIERS possédaient un vaste territoire allant de Theys à Champ sur Drac et Vif. C'est à cette époque que le Grésivaudan fut doté de nombreuses tours de guet qui devinrent pour la majorité d'entre elles des maisons fortes.

En 1290, Rodolphe de COMMIERS rendit hommage aux Comtes de Genève en sa tour d'Etapes et fut adoubé chevalier avec les titres de noblesse qui s'y rattachent. Bien qu'aucun document ne l'atteste, on peut penser que c'était déjà une maison forte, pour que Rodolphe de COMMIERS puisse recevoir le Comte de GENEVE autrement que dans une tour de sept mètres de côté.

Après le "transport" du Dauphiné au royaume de France, les COMMIERS furent mis en demeure de prêter hommage au Dauphin de France. Ils le firent en 1413.

Les derniers seigneurs d'Etapes de la famille COMMIERS furent Guigues et Michel. La dernière fille de Michel, Jeanne dite "la jeune" épousa Ennemond de GALBERT de Montbonnot qui devint ainsi le premier seigneur d'Etapes de la famille de GALBERT.

De nombreuses péripéties familiales émaillèrent la vie de la Maison d'Etapes jusqu'à sa possession, par testaments successifs, par Claude ROLLAND qui fut, à la fin du XVIIIe siècle le dernier seigneur d'Etapes et premier maire du Versoud.

DESCRIPTION DE LA MAISON D'ETAPE AU XVIIIe SIECLE

A l'appui d'un rapport d'inventaire établi par deux experts délégués par le juge de Grenoble en 1742, et en recoupant avec les indications graphiques du relevé du cadastre de 1800-1804, on peut décrire la maison d'Etapes dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ainsi :

"Le château dépendant du fief d'Etapes, couvert de tuiles creuses à quatre pentes, la petite tour ronde couverte de petites ardoises, une girouette au-dessus, la grande tour carrée aussi couverte de tuiles creuses à quatre pentes"

Selon les mêmes documents le château pouvait se distribuer comme suit :

Au rez de terre :
Dans la grande tour carrée : une cuisine, avec bûcher attenant côté "bise". Dans la petite tour ronde : un cabinet d'aisance et probablement l'escalier d'accès à l'étage. Dans la partie située au "couchant" : une grande salle et une chambre attenante.

Au premier étage :
Dans la tour carrée : une grande chambre. Combles appelées grenier se situant sur la partie de "bise" du bâtiment. Un galetas (probablement un dortoir pour le personnel de maison), situé au-dessus de la grande salle côté "couchant"…. Les six fenêtres dudit galetas sont en pierre dure… La charpente besoin d'être réparée à la pente du couchant.

Au deuxième étage :
Dans la tour carrée : une grande chambre accessible par l'escalier de la petite tour ronde. Combles au-dessus de cette chambre.

Au sous-sol :
Sous la partie rez-de-terre située au "couchant" vaste sous-sol ouvert à l'extérieur au midi pour acheminer et entreposer les tonneaux de vin dans le tinellier… Ce sous-sol avait certainement servi de geôles pour les prisonniers du seigneur d'Etapes particulièrement des COMMIERS qui possédaient droit de basse et haute justice sur leurs terres.
Toujours selon l'inventaire de justice : …. Les dix marches d'escalier pour descendre à la Cave sont rompues en divers endroits… ladite cave éclairée par une fenêtre carrée du côté de "bise"… La porte de communication de ladite cave du tinellier est en cadre de bois dur… le dit tinellier est éclairé par un larmier en pierre dure… La porte d'entrée dudit tinellier du côté du"midi" est de pierre en arc sous gros mur. Ledit arc dégarni est détaché du mur…

La surface habitable de l'ensemble résidentiel pouvait atteindre 350 à 400 m².

Il existait devant l'entrée de la basse-cour côté du midi, un four couvert de tuiles creuses à deux pentes, probablement utilisé dans le cadre du droit de ban par les seigneurs sur les sujets de l'ancien régime.

Nous avons peu de renseignements sur la maison rentière située au-dessous du château et la grange. C'est le bâtiment de ferme. Sinon que les documents officiels mentionnent un mauvais état général. Aujourd'hui, il s'agit de la "grande maison" ou maison MERMOZ qui doit être rénovée prochainement et recevoir neuf appartements. L'ensemble des terres propriété du château couvraient environ 60 hectares. Au XVIIe siècle l'ensemble comprenait 150 hectares jusqu'à La Combe, St Jean et sans doute Lancey et Villard-Bonnot.

ESSAI DE RECONSTITUTION DE LA MAISON D'ETAPES FIN DU XVIIIe SIECLE